La vie est comme une rose qui s'épanouit.

Chaque jour l'homme tisse sa toile, et la rose perd ses pétales...

Mais la rose a parfois des épines qui se tendent

Quand on veut la cueillir.

L'homme a souvent des failles,

Que l'on devine quand il se met vieillir.

Et la rose devient plus pale...

L'homme se laisse ronger par ce mal et est emporté loin

De cette vie qui lui a apporté joies et soucis.

Dans une dernière prière, tous deux redeviennent poussières,

Pour que la vie ne soit plus qu'un oubli.

(Années collège)
 
 
 
 
 
 
copyright 2006 © Webmaster Roch-Thy