La nature s'éveille et dort encore en moi,

Le chant du poète qui sommeille,

L'oiseau pourtant de son cri aigu siffle

pour rappeler que les éléments sont là…

Qu'ils vivent et se montrent au monde tels…

L'eau file au grès du fleuve, le soleil l'illumine de son rayon

le plus étincelant à l'aube du jour nouveau.

Les feuilles vibrent sous le souffle du vent qui de sa force

pourrait déraciner l'arbre qui porte les fruits !

Mais ce matin il ne fait que l'accompagner et laisse s'épanouir

chaque clarté dans la plénitude du paysage qui lui est prêté.
 
 
 
 
 
 
copyright 2006 © Webmaster Roch-Thy