- La vie grâce à la Sorgue :

La pêche, les céréales, la laine, la soie, le cours des activités de L'Isle-sur-la-Sorgue a toujours été lié à celui de la rivière. Aujourd'hui, encore, on peut sentir l'influence de cette intime relation. Le long des quais, le véritable patrimoine, historique de surcroît, c'est l'eau. Il faut la suivre, vagabonder au rythme de l'activité citadine où, quelques mètres plus loin, dans la fraîcheur d'une verdure reposante, laisser aller son esprit à la rêverie. Non loin du remuant quai Jean Jaurès, la caisse d'épargne, un de ces nombreux châteaux bourgeois qui ont éclos autour du vieux centre l'islois à la fin du XIXe siècle, profile son imposante silhouette. A ses pieds tourne, infatigable, une immense roue à aubes toute verte de mousse. Il faut rentrer les coudes pour se faufiler dans la rue Esquicho-Mousco (écrase mouche) tant elle est étroite. Mais bien vite on retrouve la rue Roumanille et le quai qui nous transporte jusqu'au Bassin, théâtre d'affrontements sans pareils les joutes Lilenco, nom déposé, comme pour protéger la tradition. Il est vrai que si la ville fut prospère grâce à une multitude d'ateliers et de fabriques ayant bénéficié de la force motrice du courant, grâce aussi à la vente de ses poissons, elle sut également s'amuser avec l'eau. Et elle s'amuse encore on joute toujours sur ce Bassin, dans la liesse populaire. Passé le moulin, sur le quai Frédéric Mistral, autrefois chemin des Hors, on se laisse aller à la quiétude. On peut savourer ce calme jusqu'au long et beau lavoir du Portalet.
   
 
 
 
 
copyright 2006 © Webmaster Roch-Thy