- Au coeur de la cité :

Par la rue Michelet ou celle du Collège on rejoint la rue Ledru Rollin où une autre belle façade, Renaissance celle-ci, salut le promeneur. Le silence y est propice à la rêverie historique. Par le passage du Mont-de-piété on regagne la rue de la république, artère commerçante bien vivante. Au fond de l'impasse du même nom se trouve l'hôtel du duc de Palerme. On peut admirer à loisir cette belle construction édifiée en 1735 par l'architecte l'islois Brun Cadet. Puis la rue de la Loutre, concurrente redoutée des pêcheurs voisins, nous rejoignons la place Rose Goudard. Directrice d'école disparue en 1951, elle figure le personnage emblématique des maîtresses d'école, dans le plus pur esprit de la République de la laïcité, comme Marie Mauron. On y retrouve l'Arquet qui borde l'esplanade sur toute sa longueur. Tandis qu'une roue, modeste, hisse l'eau jusqu'au jardin de l'hôtel de Palerme, on se laisse guider jusqu'à la chapelle des Pénitents Bleus. Dénommée également chapelle des Hommes, elle fut édifiée en 1765 par un autre architecte l'islois, Geoffroy. On arrive enfin au chevet de la collégiale, place Fernand Buisson. En face, s'élève la puissante Tour d'Argent aux murs de plus de deux mètres d'épaisseur. Construite au XIIIe siècle par les comtes de Toulouse, elle doit son nom au fait qu'elle servait à abriter les richesses des l'islois lorsque la conjoncture était menaçante un coffre-fort en pierre de taille !
   
 
 
 
 
copyright 2006 © Webmaster Roch-Thy