- Notre Dame des Anges :

Monument extraordinaire dira le critique André Hallays, dont la façade sévère, qui n'est pas sans évoquer le Gesù de Rome, ne permet pas d'imaginer la richesse du décor intérieur grandes toiles des meilleurs peintres, statues, décors muraux, boiseries sculptées, un retable exceptionnel de quinze mètres de haut habillant tout le cœur et deux cent vingt-deux figures d'anges pour accompagner marie au ciel. Quel foisonnement ! Et de l'or de partout, à profusion. Si bi en que l'abbé Jalat, qui a tant aimé son église mais écrivait avant tout pour l'édification de ses ouailles, s'exclamera : " Le bon goût chrétien ne pourra jamais adopter ce genre bâtard. " Il est vrai que la Contre-réforme issue de Trente allait, sans l'avoir voulu, entraîner l'église vers un art de cour ou de salon, plus proche du décor de théâtre que de simplicité évangélique. Il n'en demeure pas moins qu'ici on touche au grandiose. Jouxtant la collégiale au nord, se trouvait autrefois la chapelle des Pénitents Blancs dont les bruyants offices gênaient semble-t-il les chanoines mitoyens. Ayant déménagé en 1742 sur les bords de l'Arquet, on éleva en 1779 sur l'emplacement de leur ancienne chapelle un nouveau sextier sur les plans de Brun Cadet. Ce grenier était destiné à stocker les céréales que les l'islois se voyaient contraints d'acheter en raison d'une trop faible production locale. Ce bel édifice voûté abrite aujourd'hui l'office de tourisme.
   
 
 
 
 
copyright 2006 © Webmaster Roch-Thy